Accueil Livres Résumé de livres Le pouvoir de la force mentale

Le pouvoir de la force mentale

67
0

Moi on est physiquement protégé plus l’esprit se renforce et plus le progrès technologique apporte du confort et plus on est psychiquement fragile.

Les hommes ne sont pas troublés par les événements mais par l’idée qu’il s’en font. Epictéte

Vivre sans se préoccuper de l’opinion d’autrui.

L’expérience tend à montrer, dans tout domaine, que si l’esprit est obnubilé par l’envie d’obtenir un résultat, cela obscurcit les pensées et empêchent de l’atteindre.

La vraie réussite et de se réaliser soi-même, c’est à dire devenir ce que l’on est au plus profond de soi, le plus sincèrement, on se surpassant, en allant plus loin que la facilité que nos aptitudes nous donne spontanément et naturellement. Et, surtout, sans se préoccuper de savoir si cela va plaire.

La découverte de ce que nous sommes consiste à réaliser le mieux possible ce pourquoi nous sommes fait, c’est-à-dire ce pour quoi nous avons les aptitudes les plus développés ou qu’il faut développer. Personne ne court 100 m en moins de 10 secondes sans un entraînement quotidien sur plusieurs années. Surtout Usain Bolt. Partir de rien et réaliser aujourd’hui ce qui semblait impossible hier voilà ce qui permet de s’accomplir et rend heureux.

C’est la raison pour laquelle on ne dit depuis longtemps que le secret du bonheur passe par le travail.

Le secret du bonheur et d’agir en dépassant ses propres limites, c’est propres peurs et ses propres angoisses.

Il faut un mental solide pour trouver la force de résister à l’envahissement de la peur dans l’esprit. Pour lutter contre la peur, il faut identifier les croyances irrationnelles pour mieux les réfuter et leur opposer des pensées rationnelles. Ce sont nos croyances irrationnelles, nées de notre imagination, qui nous mettent dans l’un des états d’esprits les plus terrifiants, l’angoisse, et qu’il importe de bien comprendre pour pouvoir le surmonter.

L’angoisse provient de notre capacité à nous projeter dans le temps. Egas MONIZ

Dans tous domaine il y a une limite. Il y a aussi une limite à l’extrapolation. Une limite à l’intelligence. Car on peut se nuire à soi-même en dépassant la limite, en devenant trop intelligent. Et personne ne vous a jamais expliqué qu’il pouvait y avoir un danger à être trop intelligent. Comme nous allons le voir, nos appréhensions sont des extrapolations liées à l’excès d’intelligence. Et ces excès d’intelligence par abus d’extrapolation nous fait tomber dans le fameux « côté obscur de la force » où se trouve justement le doute, la peur et l’angoisse.

La limite de l’intelligence : l’Extrapolation sur l’intangible

La limite se situe au point d’équilibre entre le réel et l’immatérielles.

Il importe au cours de sa scolarité et au cours de sa vie, de développer le plus possible son intelligence. Cela se fait par l’accumulation et la mémorisation de connaissance, afin de les relier entre elles pour élaborer des raisonnements, avoir des idées, être imaginatif, concevoir des produits, inventer de nouvelles choses. Lettre réellement intelligent parvient à relier ses connaissances entre elles pour aboutir à des pensées nouvelles et créatives.

Les moins érudits seront paradoxalement les moins sensibles à des extrapolations dépassant la limite et pouvant alors les conduire à des appréhensions et des peurs justement « irraisonnées ». L’ignorant extrapoles pas, il est donc un conscient du danger. Vous tenez là explication du phénomène de la « chance du débutant ». Nos référent créent nos peurs. Celui qui ignore ce qu’il peut perdre en s’initiant à un domaine nouveau ne conçoit pas la peur d’échouer et réussi par absence d’extrapolation sur l’échec.

La force mentale va consister à adopter un mode de pensée toujours positif, quelque soit les circonstances.

Nos émotions dépendent de l’interprétation que nous faisons de l’événement à partir de pensée rationnelle ou irrationnellles. C’est donc bien le système de croyance d’un être humain qui provoque ses réactions émotionnelles, ses joies, ses peur et c’est angoisse. À partir de l’interprétation d’un événement, notre cerveau peut nous entraîner vers une pensée qui peut être soit rationnel, soit irrationnel. Si nos pensées sont rationnels, elles auront des conséquences émotionnelles saines puisque reposant sur des extrapolations concretes. Si nos pensées deviennent irrationnels par des extrapolations à partir de l’intangible, nous nous dirigeons droit vers des raisonnements absurdes pouvant conduire la folie.

Les principes fondamentaux de la force mentale

La non-extrapolation sur l’intangible

Le monde appartiendra à ceux qui se éveillent tôt s’éveiller au sens du Tao « prendre conscience » et non pas se lever tôt. Et cela concerne ceux qui comprennent avant les autres comment fonctionne Le Monde.

La force  mentale se caractérise par l’équilibre parfait entre la volonté et de détachement. La volonté de se réaliser sans rechercher l’approbation et l’admiration des autres. Donc la gloire. Et la volonté d’y parvenir par la ténacité à dépasser ses propres limites. Pour soi-même. Cet équilibre délicat oblige notre cerveau à intégrer une vertu particulière mais peu enseignée : la tempérance.

La tempérance

Nous serons en bonne santé mentale quand notre esprit sera dans la bonnetempérance, le bon équilibre entre passion et raison. Nos comportements excessifs vont provenir de nos projections à l’égard autrui. Sur les sentiments qu’autrui peut nous suggérer par les extrapolations des conséquences de son attitude à notre encontre. La tempérance, éléments constitutifs de la force mentale, consiste à résister aux sentiments excessifs, bons ou mauvais, que les humains ou les situations nous inspirent.

La patience

La nervosité, lorsque nous envahit, envoie au travers de notre corps une sorte de courant électrique par le biais de notre système nerveux. Au moment où vous le ressentez, agrippez de vos 2 mains  un objet, un bord de table, un fauteuil ou une chaise, et laissez ce courant parcourir votre corps et passé dans vos bras et vos mains jusqu’à l’objet.

La force mentale va donc nécessité de savoir résister aux tentations, ce qui me demande d’ intégrer en soi-même 2 vertu supplémentaire qui sont en voie de disparition: le courage de volonté.

Le courage et la volonté

Le courage est une force psychique et qui vient contrebalancer la peur. Car la peur nous affaiblit et vient souvent justement nous décourager.

Il ne faut jamais lâcher. Car dans le domaine de la volonté, seul l’abandon est une faute. Le mental influence la volonté, le succès vient de la volonté. Il faut toujours croire en ce que vous voulez, surtout quand plus personne, à part vous n’y croit. Souvenez-vous que la majorité est souvent dans l’erreur, selon les 4 statistiques de Perci Diaconis. Si vous envisagez d’atteindre un objectif, si vous voulez réaliser quelque chose ou voulais vous investir dans un projet, prenez la précaution de sonder votre entourage et d’interroger un grand nombre de personnes avant de vous lancer. Si la majorité vous encourage et que seuls quelques un vous met en garde, renoncez. Si la majorité vous dit n’y va pas, « foncez » la majorité se trompent toujours.

Nous avons évoqué le principe selon lequel si vous souhaitez recevoir un courriel, un coup de téléphone ou la visite de quelqu’un, vous devez focalisez votre esprit sur cette personne a intervalles réguliers, et, ce faisant, vous assisterez à une coïncidence étrange entre vos pensées et leurs matérialisation. Cela provient de ce que, si notre esprit s’imprègne fortement de la volonté de concrétisations, ce qui aurait été clairement élaboré par l’esprit se produira.

Chez un être humain, dès que la peur s’installe, il y a perte immédiate d’une donnée psychique très importante pour surmonter les épreuves et les souffrances de la vie : la confiance en soi.

Le secret est en fait très simple, mais beaucoup l’ignorent. Le voici : « la confiance en soi … vient des autres » jamais de soi-même !

Aimer quelqu’un, c’est l’aimer comme soi-même. Car aimer, c’est ressentir que si l’on avait pu être quelqu’un d’autre, on aurait aimé être celui ou celle que que l’on aime. On éprouve toujours de l’amour pour un autre soi-même. L’être aimé est toujours perçu comme un double de soi.

Pourquoi tout être humain cherche-t-il à ce point tous les moyens pour y parvenir et même recommencer ? La raison ultime est qu’il n’existe aucune autre activité humaine qui satisfasse pleinement et en même temps nos 5 sens. Et cela pour aboutir à la révélation de notre 6eme sens l’assouvissement de ce plaisir total par l’orgasme et la jouissance. C’est la seule activité humaine qui donne totalement conscience que nous existons. Voila pourquoi le sexe mène le monde et pourquoi l’amour est une préoccupation si importante et essentielle dans nos vies.

L’amour est une énergie. Mais pas comme le pétrole. Vous n’avez pas besoin de creuser pour le trouver. C’est lui qui va vous trouver. Au moment ou vous ne vous y attendrez pas et dans les circonstances ou vous n’imaginerez pas qu’il soit possible de le rencontrer. Nous parlons du véritable amour, de l’affection et de la tendresse. Pas l’illusion de l’amour des plaisirs du sexe.

Article précédentConfiance illimitée
Prochain article12 Piliers – Jim Rohn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom