Accueil Esprits libre Autres Timidité amoureuse

Timidité amoureuse

40
0

Alors que la timidité sociale concerne la timidité dans les interactions sociales et en société d’un point de vue humain et global, affectant l’instinct social, la timidité amoureuse, quant à elle, se rapporte spécifiquement aux difficultés rencontrées avec le sexe opposé dans les rapports de séduction, touchant l’instinct sexuel. Il faut bien faire attention à ne pas confondre les deux formes de timidité car les instincts sollicités respectivement sont différents

Parmi les hommes timides qui connaissent d’énormes difficultés avec les femmes, je rencontre parfois des gens qui ne sont pas des « timides sociaux » en société. Ils n’ont pas de problème pour soutenir une conversation, ils accordent peu d’importance au regard d’autrui, ils sont sociables dans la vie. Bref, ils ont le profil opposé du timide social, introverti et complexé. En revanche, vis-à-vis des femmes, ces hommes « timides amoureux » perdent tous leurs moyens et ne savent pas comment s’y prendre : leur instinct social marche normalement mais leur instinct sexuel est en panne.

Le film français les Emotifs anonymes, bien connu du grand public, illustre parfaitement le cas d’un homme timide amoureux mais ne rencontrant pas de difficultés significatives sur le plan social : Jean-Réné, patron d’une fabrique de chocolat, est un homme sûr de lui, sociable et doté d’un fort caractère, mais lorsqu’il tombe amoureux d’Angélique, une de ses employées, il est à chaque fois paralysé de peur à l’idée de l’approcher entre ses rougissements incontrôlables et son manque de confiance en soi. Du coup, pendant toute la première partie du film, il ne se passera rien entre les deux protagonistes : Jean-Réné ne fait ni aucune proposition à Angélique, ni aucune révélation sur ses sentiments amoureux. Angélique, timide et émotive, ne fera rien non plus de son côté.

Dans le langage de la séduction amoureuse, on dit que Jean-Réné et Angélique n’ont pas de « communication sexuelle », ce qui tend à les éloigner l’un de l’autre et à empêcher la fusion amoureuse de se faire. Pour bien comprendre la timidité amoureuse, un auteur et coach en relations amoureuses l’explique à travers ses deux livres « La rencontre amoureuse à la portée de tous » et « Sexe, amour et timidité ». Il s’agit de Jean-Paul Benglia bien connu dans les communautés de timides : un ancien timide qui, après 25 ans de solitude amoureuse et malgré ses atouts physiques, parvient à guérir de sa timidité grâce aux déclics successifs et à une auto-rééducation. S’écartant des explications habituelles fondées sur le modèle social, familial ou psychologique, il livre une approche nouvelle des rapports de séduction homme-femme sous un angle biologique et postule que la timidité amoureuse relève en fait d’un « déréglage » de l’instinct amoureux.

Cela a pour conséquence que les timides ne sont pas conscients des mécanismes amoureux lors d’une rencontre avec des problèmes de perception et de communication sexuelle. Plus qu’une méthode, il s’agit d’un manuel élémentaire de séduction à l’usage des hommes et des femmes timides. Pour les grands timides, hommes ou femmes d’ailleurs, qui rencontrent des difficultés notamment dans le domaine amoureux, je recommande vivement la lecture de l’un de ces deux ouvrages car ils vous seront beaucoup plus utiles, bénéfiques, en vous permettant rapidement de comprendre les raisons de vos échecs amoureux et d’aller dans la « bonne direction » grâce à une approche pragmatique.

Les livres de développement personnel (méthode Coué, PNL, relooking…) et les sites de communautés de séduction (FTS, Lifestyle…) sont des « outils », des suppléments, toujours intéressants à lire pour la culture personnelle, mais ils peuvent parfois à tort semer la confusion dans l’esprit du timide. Pour la simple et bonne raison que la séduction devrait être en principe la chose la plus naturelle au monde et nul besoin d’apprendre à devenir un « Don Juan », à optimiser son « body langage », à changer à tout prix de look ou de personnalité, si vous voulez juste séduire une femme que vous avez rencontrée sur votre lieu de travail ou lors d’une soirée.

Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil attentif aux nombreux couples ordinaires que vous croisez chaque jour dans la rue… Simplement, chaque homme et femme qui est en couple a su communiquer avec ses codes instinctifs amoureux et respectifs. Il ne s’agit pas d’être « soi-même » comme l’on a tendance à trop souvent dire de manière stéréotypée, mais d’être cohérent dans son comportement biologique.

Les règles de base du jeu amoureux :
je me contenterai ici de récapituler les dix points essentiels pour comprendre, en gros, ce qu’est la communication sexuelle afin de se donner un ordre d’idée et d’avoir les bons déclics concernant les règles implicites du jeu amoureux :

1) Le jeu de séduction est universel :
Dans le monde animal, le paon déploie son éventail de couleurs pour séduire la femelle, les lucioles clignotent, les rouges-gorges chantent, etc… Dans la nature humaine, il y a aussi des règles universelles et codes implicites qui régissent les comportements amoureux.

2) Homme/Femme, chacun son rôle :
Bercés par la culture des discours féministes et de l’idéologie égalitariste, imposant une indifférenciation entre hommes et femmes, nous pensons à tort qu’une femme « libérée » est un homme comme un autre. De même qu’il y a des différences génétiques entre un homme (XY) et une femme (XX), il y a une différence comportementale entre un homme (pouvoir d’action) et une femme (pouvoir d’attraction) lors d’un processus de conquête amoureuse. Selon Jean-Paul Benglia, un homme conquiert une femme par « actions et propositions verbales successives ». À l’inverse, une femme aura tendance à séduire un homme par « son pouvoir d’attraction » et à se montrer disponible par « ouvertures successives ».

3) Le problème du timide amoureux est multiple :
Le timide a une mauvaise lecture de la réalité sexuelle : il ne suit pas son instinct ; il a tendance à croire que tout se fait tout seul ; il perçoit la femme comme un être asexué et sans désir ; il pense que draguer, c’est mal ; il ne sait pas enclencher les propositions successives.

4) Rôle de l’homme :
Or en tant qu’homme, il a des obligations vis-à-vis d’une femme : il doit avoir un comportement viril/courtisan lequel se caractérise par des actions successives : aborder, converser, complimenter, proposer, suggérer, etc… Extérioriser son intérêt, c’est par exemple lui faire des propositions pour se revoir, lui faire des compliments sur son physique ou sur sa personnalité, etc…

5) Rôle de la femme :
Le sens populaire croit souvent que la femme fait rarement le premier pas. En réalité, elle est tout autant active dans le processus de conquête sauf qu’elle le manifeste différemment : tantôt par son pouvoir d’attraction (elle passe du temps à se faire belle, elle se maquille, etc…), tantôt par des signes d’ouverture. En effet, son « premier pas » s’agira généralement d’un signal non-verbal (un regard, un sourire) ou d’un signal verbal indirect (sous-entendus).

6) Système de défense naturelle :
Selon Jean-Paul Benglia, les femmes sont dotées d’un système de défense naturelle (SDN) qui les pousse à être « vigilante » en cas de rencontre amoureuse. Quand une femme dit « non » à une proposition de sortie au cinéma, le timide croit que c’est un « non définitif » et qu’elle n’est pas intéressée. Or il se peut très bien qu’elle ait répondu cela par instinct de défense, soit dans l’attente de le connaître plus ou bien pour ne pas qu’il la considère comme une proie facile.

7) Conséquences en cas de passivité :
La plupart des hommes pensent séduire une femme en se contentant d’augmenter leur pouvoir de séduction (le physique, le look, le statut social, la culture, etc…). Mais ce pouvoir est statique et se limite à attirer l’attention de l’autre sexe. Si un homme ne l’accompagne pas de son pouvoir de conquête (actions concrètes successives), il sera dans l’incapacité de conquérir une femme. Chez le timide, ses qualités (la gentillesse, le romantisme, l’écoute) ne sont pas les principales causes de son insuccès contrairement aux idées reçues véhiculées par les communautés de séduction. Le problème viendra rarement d’un pouvoir de séduction (sauf le mal être, plus discriminant que le physique) mais émanera principalement d’un pouvoir de conquête (si celui-ci n’ose rien entreprendre, ce qui est éliminatoire dans le jeu amoureux).

8) Quatre étapes dans la conquête amoureuse :
Chez l’homme, les quatre étapes naturelles et graduelles sont : Aborder / Rassurer / Réveiller son désir / Conclure.
Les erreurs du timide : soit il fait une déclaration d’amour sans avoir rassuré une femme, il se prend un râteau ; soit il est rassurant et à l’écoute avec elle, mais il ne sexue pas la relation, il devient alors son confident. Or il faut bien avoir à l’esprit que la séduction est un processus naturel et graduel.

9) À nous d’orienter le type de relation que l’on souhaite :
D’un certain point de vue, c’est nous-même qui décidons de l’orientation d’une relation. Si on ne parle que de boulot avec une femme, on limite cette relation à un rapport professionnel. Si on ne parle que de nos passions respectives, on la cantonne à un rapport amical. Si on sexue notre discours (discussions intimes, taquineries, compliments), on oriente cette relation vers un rapport amoureux. Tant que le timide n’aura pas extériorisé son intérêt, une femme ne saura pas si celui-ci est intéressé par elle ou non. Elle le considérera jusque-là comme un collègue ou un ami.

10) Intérêts amoureux :
Un homme aperçoit une femme jolie et sexy (il ressent tout de suite un intérêt). Une femme aperçoit un homme beau et qui a la classe (elle le trouve charmant, mais l’intérêt s’installe progressivement). La nuance est de taille. Inconsciemment, un homme recherche la fertilité et une femme la sécurité. Ce qui importe, c’est notre intérêt au départ pour une femme : se baser sur celui-ci pour entamer sa cour et non en fonction de son intérêt. Pour la simple et bonne raison que notre intérêt pour une femme peut parfois réveiller son intérêt. C’est pour cela qu’on entend souvent des femmes dire : « Ah au début, mon mec ne me plaisait pas spécialement, puis finalement, nous sommes sortis ensemble ! »

Selon Jean-Paul Benglia : « Le vrai râteau, ce n’est pas quand la femme vous dit « non », c’est quand vous n’avez pas donné l’occasion à la femme de vous dire « oui » ! »

Conclusion :

  • La nature se moque de nos états d’âme, de nos préférences morales. Elle « est » tout simplement.
  • Le timide ne naît pas naturel (instinct déficient), il le devient (apprentissage et reconditionnement).
  • Le pouvoir de conquête prime sur le pouvoir de séduction : la confiance en soi prime sur l’apparence.
  • État d’esprit à avoir : être soi-même à condition d’avoir un « comportement actif/courtisan ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom